[Photos] Tour de France des vignobles – Etape #3 – Domaine Pithon Paillé (Anjou)

carte de france - anjou v6

Après une première étape incroyable dans le Roussillon à Maury, au Domaine La Toupie (voir article) et au Mas Janeil (voir article), découvrez en photo la nouvelle étape de notre Tour de France des vignobles, dans la vallée de la Loire, auprès du Domaine Pithon-Paillé !  


 

DSC_5375Jour 1 – 13h : Après une première étape dans le Roussillon, Wine Citizens continue son tour de France des vignobles en Anjou (Val de Loire), au cœur des appellations Coteaux-du-Layon et Quarts-de-Chaume, réputées pour leurs vins liquoreux.

DSC_5211Jour 1 – 14h : Pendant quelques jours nous nous sommes glissés dans l’intimité d’un domaine familial incroyable : le domaine Pithon-Paille, où nous avons eu la chance de participer à la dernière journée de vendanges dans le vignoble. Ils sont quatre à travailler ensemble sur un vignoble de 13 hectares en biodynamie : Jo et Isabelle Pithon, les parents, qui passent doucement la relève à leur fils Jules et leur belle-fille Tania.

DSC_4864Jour 2 – 8h : Le domaine Pithon-Paillé est particulièrement reconnu pour ses vins liquoreux de Loire (Coteaux-du-Layon et Quarts-de-Chaume). Ces vins sont produits uniquement à partir du cépage Chenin, récolté manuellement à sur-maturité par tris successifs. On parle de vendanges tardives pour ces vins car la récolte à lieux après les vendanges de raisins utilisés pour les blancs secs, les rouges et les rosés.

Ces vins liquoreux présentent des arômes caractéristiques de coing, poire et miel. Le Quarts-de-Chaume, seul Grand Cru du Val de Loire, présente une excellente aptitude au vieillissement (jusqu’à 20 ans, voire plus pour les meilleures bouteilles).

DSC_5330Jour 2 – 8h10 : La première parcelle où nous nous rendons est celle du Quarts-de-Chaume. Dans la brume matinale, nous récoltons les dernières grappes botrytisées (pourries par le botrytis, pourriture noble comme nous l’expliquerons ci après). Cette parcelle a été vendangée en plusieurs fois, chaque passage sélectionnant les plus belles grappes.

DSC_4852Jour 2 – 8h15 : Aller, c’est la dernière ligne droite ! Après 3 semaines intenses de travail (et de fête), la formidable équipe des vendangeurs se regroupe autour des seaux et des sécateurs et se répartit dans les vignes pour la dernière journée de vendange !

DSC_5345Jour 2 – 8h20 : Pour faire ses vins liquoreux, le vigneron attend que le maximum de grappes soient « botrytisées », c’est-à-dire pourries …. mais attention, on parle ici de pourriture noble s’il vous plait ! Le botrytis est un champignon qui se développe sur les baies de raisins, quand la brume stagne sur les coteaux le matin sous un climat doux et humide, puis sec l’après midi. Ce champignon perce la peau du raisin et absorbe l’eau présente dans la baie. Une fois que la majorité de l’eau a été consommée, il reste principalement du sucre !

DSC_4887Jour 2 – 8h30 : Un sécateur à la main, un seau dans l’autre, et bien souvent des écouteurs dans les oreilles, les vendangeurs travaillent en binôme de chaque côté des pieds de vigne pour être sûrs de n’oublier aucune grappe ! Selon leur degré de botrytisation (pourriture noble) les grappes sont placées dans des seaux différents, car elles ne rejoindront pas les mêmes cuvées… Certaines grappes pas assez botrytisées ne seront pas choisies pour les vins liquoreux et seront alors utilisées pour des blancs secs.

DSC_4854Jour 2 – 10h : A l’aide de son réfractomètre portable, Tania mesure le taux de sucre des baies qui seront vendangées. Elle presse le jus d’une baie sur la vitre de l’appareil, et regarde à travers la lentille pour lire le taux de sucre qui sera directement convertible en degré d’alcool après la fermentation.

Avant fermentation, les moûts doivent présenter une concentration en sucre au moins égale à 298 grammes par litre. Après fermentation, les vins doivent titrer au moins 12 % pour entrer dans l’appellation Quarts de Chaume.

DSC_4923Jour 2 – 15h : Une fois la parcelle de vigne vendangée, il reste le plus difficile : porter toutes les caisses de raisin au camion… Enfin, c’est sans compter sur l’astuce des vendangeurs ! Le petit groupe forme une belle chenille et l’un derrière l’autre ils portent l’ensemble des caisses, sans trop se fatiguer !

DSC_4926.pngJour 2 – 15h30 : Aller on attaque la dernière parcelle : Les Treilles ! Sans doute la plus belle parcelle du Domaine Pithon-Paillé : des vignes en terrasse, exposées plein Sud, suspendues au dessus de la vallée du Layon !

DSC_4982.pngJour 2 – 15h45 : Dans les Treilles la pente est rude mais le cœur est à l’ouvrage !

DSC_5425.pngJour 2 – 17h00 : Après cette matinée de vendanges, Jo nous emmène faire un tour dans ses vignes. Il nous fait découvrir le plus beau paysage de son domaine : un point de vue au sommet des Treilles.

DSC_5464.pngJour 2 – 17h10 : De là où nous sommes, nous avons une vue saisissante sur la vallée du Layon. Le paysage est vraiment à couper le souffle…

DSC_5037.pngJour 2 – 21h : Après l’effort, le réconfort ! La fin des vendanges est fêtée le soir même au Domaine Pithon Paillé, autour d’un magnifique repas auquel sont invités les vendangeurs mais aussi des amis du domaine. Traditionnellement, le domaine garde deux barriques de vins pour les vendangeurs. Il n’est pas rare que l’équivalent de 600 bouteilles soient débouchées pendant cette période de … 15 jours !

DSC_5404.pngJour 3 – 9h : Le lendemain, le travail se poursuit en cave. Nous redécouvrons un outil étonnant que nous avions découvert chez un ami vigneron dans le Piémont : le pressoir vertical en bois…

DSC_5122.pngJour 3 – 9h10 : Les raisins récoltés la veille sont maintenant prêts à être pressés. L’utilisation d’un pressoir vertical va permettre d’extraire le jus des baies très délicatement, pour des vins moelleux tout en finesse.

DSC_5156.pngJour 3 – 9h25 : Les grappes sont déposées entières dans le pressoir, et étalées de façon homogène, afin que la pression s’exerce uniformément sur l’ensemble des baies. On remonte ensuite les planches de bois à la façon d’un puzzle pour que la pression exercée sur le « gâteau », soit la plus homogène possible.

DSC_5179.pngJour 3 – 9h40 : Une fois les planches bien mises en place, il reste l’étape finale : visser le pressoir hydraulique puis augmenter progressivement la pression exercée sur les baies. Cette étape peut durer plusieurs heures !

DSC_5184.pngJour 3 – 10h15 : Au bout de quelques minutes, la magie opère : le précieux jus commence à couler ! Sucré et soyeux, on goûte ce nectar qui laisse s’esquisser un vin majestueux.

DSC_5308.pngJour 3 – 15h : Après la mise en presse des raisins botrytisés, on passe au travail sur les fûts…

Les vins de Quarts-de-Chaume doivent rester dans leur chai de vinification au moins jusqu’au 15 avril qui suit l’année de la récolte. Les vins peuvent être mis en vente à partir du 1er mai qui suit l’année de la récolte. Chez Pithon-Paillé, les Quarts-de-Chaume restent en élevage barrique pendant toute une année avant d’être commercialisés.

DSC_5286.pngJour 3 – 15h10 : Jules fait le niveau des fûts de Quarts-de-Chaume. En effet, durant la fermentation et pendant l’élevage, le niveau de vin dans les fûts diminue légèrement (c‘est ce qu’on appelle la part des anges) et il est nécessaire de refaire le niveau régulièrement pour éviter que le vin ne s’oxyde au contact de l’air.

DSC_5316.pngJour 3 – 17h : Jo Pithon nous présente sa gamme de vin, assez étendue : sur 13 hectares cultivés en biodynamie, le domaine Pithon-Paillé produit 6 vins blancs secs (issus de 6 terroirs différents), 4 vins moelleux (selon les millésimes) et 3 vins rouges. La grande qualité du travail réalisé que l’on retrouve d’ailleurs dans les vins justifie des prix allant de 10€ pour les blancs secs à 80€ pour le Quarts-de-Chaume.

DSC_5565.pngJour 4 – 9h : Le lendemain, nous sommes en piste pour le décuvage d’une immense cuve de vin rouge. Tania commence par transférer le jus de goutte dans une autre cuve…

DSC_5662.pngJour 4 – 9h30 : … puis elle installe le pressoir à piston, qui servira à récupérer le jus de presse à partir du moût.

DSC_5681.pngJour 4 – 10h : Sophie grimpe ensuite tout en haut de la cuve, maintenant remplie uniquement de peaux de raisins, et saute dedans, à l’ancienne ! Pieds et mains dans le raisin, elle fait sortir le moût par l’ouverture du bas de la cuve. Le moût est ensuite récolté dans des caisses par Tania, Jules, Jo et Isabelle, et déposé dans le pressoir.

DSC_5699.pngJour 4 – 10h30 : Et voilà le travail ! La cuve a été entièrement vidée et nettoyée !

DSC_5709.pngJour 4 – 10h31 : Pendant ce temps-là, le pressoir fait son œuvre… Le jus de presse s’écoule.

DSC_6030.pngJour 5 – 9h : Pour notre dernier jour au Domaine Pithon-Paillé, nous avons l’occasion de découvrir une nouvelle étape de la fabrication du vin : la mise en bouteille. Ici, la tâche sera en partie effectuée par un prestataire de service, qui vient directement au domaine avec son camion usine !

DSC_6071.pngJour 5 – 9h30 : Après 30 minutes d’installation, le camion révèle enfin ses trésors : une chaîne d’embouteillage au complet ! Il ne nous reste plus qu’à nous mettre au travail ! Une longue journée nous attend car nous devons embouteiller le blanc sec « Mozaïk » de l’année dernière et une partie du Coteaux du Layon.

DSC_5511.pngJour 5 – 9h30 : Pendant que certains s’activent autour des machines d’embouteillage, Isabelle de son côté s’occupe de l’étiquetage des bouteilles et de la préparation de commandes.

DSC_6131.pngJour 5 – 10h : Pas question de faire des bêtises avec l’embouteillage ! Quentin se fait montrer les différentes manipulations à effectuer lors de la mise en bouteille. Le prof vérifie qu’il a bien compris, car lorsque les machines seront en route, pas question de se tromper !

DSC_6137.pngJour 5 – 10h15 : Après toutes ces explications, Quentin se met au travail et aide à régler les machines entre chaque changement de taille de bouteille. On commence par les demies (vraiment pénibles à manipuler et en plus y a moins de vin dedans !) puis les 75cl et enfin les magnums.

DSC_6164.pngJour 5 – 10h20 : Une fois les réglages terminés, le ballet commence : on fait couler de l’eau dans le système pour rincer les becs d’où le vin sera versé dans les bouteilles.

DSC_6207.pngJour 5 – 10h30 : Après avoir « aviné » (rempli puis vidé) quelques bouteille, Quentin les lave ensuite méticuleusement avant de commencer à déposer toutes les bouteilles des 6 palettes, de chacune quelques milliers de bouteilles, sur la chaîne d’embouteillage.

DSC_6224.pngJour 5 – 10h45 : Aller c’est parti ! Les bouteilles vides commencent à cliqueter au fur et à mesure qu’elles avancent sur la chaîne d’embouteillage. Le travail est répétitif et fatigant mais le rythme soutenu permet d’embouteiller plusieurs dizaines de bouteille à la minute.

DSC_6148.pngJour 5 – 10h50 : Une fois placées sur la chaîne, les bouteilles sont remplies puis bouchées. Il faut attendre quelques secondes que le bouchon reprenne sa forme avant de les ranger dans les palox et de les stocker ou de les expédier.

DSC_6273.pngJour 5 – 11h10 : Sophie et Coline, en bout de chaîne, mettent les bouteilles remplies dans les palox. Le travail s’effectue à la chaîne, dans un bruit assez assourdissant, mais la bonne humeur reste de mise !

DSC_5385.pngJour 5 – 17h : Encore un grand merci à Jo, Isabelle, Jules et Tania, qui nous ont accueillis chez eux pendant quelques jours ! C’était un plaisir de vous rencontrer et de travailler un peu à vos côtés !

Une réflexion sur “[Photos] Tour de France des vignobles – Etape #3 – Domaine Pithon Paillé (Anjou)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s